Les villes atlantiques proposent à la Commission européenne un corridor atlantique de transport cohérent avec le territoire

This post is also available in: Portugais - du Portugal Anglais Espagnol

Le 3 décembre, le Bureau exécutif de l’association « Villes Atlantiques » s’est réuni à Paris pour déterminer la position politique du réseau et de ses membres dans les négociations européennes en cours concernant la révision du RTE-T et son mécanisme de financement, négociations accélérées dans le contexte du Brexit.

Le Bureau était composé de représentants de Viana do Castelo, La Corogne, La Rochelle, Brest et Rennes, ainsi que par délégation, de Santander.

La proposition de la Commission européenne concernant le nouveau corridor atlantique a été examinée et débattue.

Des évolutions positives sont à constater, notamment dans les parties espagnoles et portugaises, à l’exception du tronçon Porto-Vigo et du raccordement du port de Santander qu’il convient de rajouter.

Le traitement de la composante française du corridor atlantique, malgré le raccordement d’ores-et-déjà proposé pour Nantes/Saint-Nazaire, fait encore largement défaut en laissant une grande partie de l’ouest française totalement à l’écart. La Rochelle, les ports (Brest, Roscoff) et les liaisons logistiques (Rennes-Brest, Rennes-Nantes) de la péninsule bretonne doivent être intégrés.

Ainsi, dans le contexte inédit des négociations de sortie de l’UE du Royaume- Uni, les villes atlantiques insistent sur la nécessité de concevoir un véritable corridor atlantique, du Portugal à l’Irlande, qui puisse assurer une articulation optimale entre les ports atlantiques, les plates-formes logistiques et liaisons ferroviaires. Cette approche est partagée par d’autres institutions européennes, telles que le Parlement européen, le Comité des régions. Elle demeure également tout à fait dans l’esprit des conclusions du Conseil Européen « Transports » du 3 décembre qui souligne la nécessité d’inclure les zones transfrontalières et d’allonger les corridors jusqu’aux liaisons en attente.

 

En outre, les villes atlantiques expriment leur inquiétude sur l’insuffisante prise en considération de questions clés de l’agenda européen : le changement climatique, le développement durable, la régulation des transports et la sécurité maritime.

Le Bureau exécutif entamera des contacts et organisera des réunions début 2019 avec le coordinateur européen des corridors de transport, les représentants du Comité des Régions et les parlementaires européens des Etats membres correspondants, afin de promouvoir un front commun pour la reconnaissance de cette extension du corridor atlantique.

L’association « Villes Atlantiques », créée en 2000, représente aujourd’hui plus de 200 autorités locales de la côte atlantique européenne, au sein d’un réseau directement lié aux différentes institutions communautaires, notamment en matière de dialogue pour l’impact des Fonds structurels de la Commission européenne, du groupe URBAN du Parlement européen et du programme INTERREG Espace Atlantique.

 

 

Recommended For You

About the Author: Projets