Première conférence européenne sur la coopération intelligente

This post is also available in: Español (Espagnol) English (Anglais)

Près de 400 participants se sont réunis les 25 et 26 juin à La Coruña en Espagne pour la « Première conférence européenne sur la coopération intelligente »    organisée par le réseau de la CECICN.
De nombreuses personnalités étaient présentes comme Michel Delebarre, président de la commission COTER du Comité des Régions et président de la MOT, Per Bødker Andersen, président de la CECICN et de l’Union des villes baltiques, Carlos Negreira, maire de La Coruña, Alberto Núñez Feijóo, président de la Xunta de Galicia, Marta Fernández Currás, secrétaire d’Etat espagnole des budgets et des dépenses et Ann-Sofi Backgren, vice-présidente de l’Association des Régions Frontalières Européennes (ARFE). Les institutions européennes étaient également représentées par Ana Miranda, eurodéputée, représentante de la Commission du Développement Régional, José Palma Andrés, directeur de la coopération territoriale européenne à la DG Regio et Henrik Morch, chef d’unité à la DG Marché intérieur et services.

Lors de son allocution, Michel Delebarre a résumé les enjeux de la conférence : « Nous connaissons un contexte européen et international troublé, avec la crise de la dette. J’ai la profonde conviction que la réponse à cette crise passe par plus d’Europe, par plus de coopérations entre villes et régions par delà les frontières». Outre la nécessité d’un budget suffisant pour la politique de cohésion, il a insisté sur l’importance de trouver des mécanismes permettant « une plus grande association des acteurs de terrain et des forces vives » : « Il faut une Europe qui parte des territoires ».

Tous les échanges ont montré que les défis actuels auxquels est confrontée l’Europe ne pourront être résolus sans une « coopération » soutenue, et le message a été porté à tous les niveaux (européen, national, régional et local3) : il est indispensable de placer la coopération territoriale européenne au cœur de la stratégie UE 2020, de la relance du marché intérieur et de la politique de cohésion, elle-même définie comme « vitale » pour sortir de la crise.

José Durão Barroso, président de la Commission européenne, présent par message video, a confirmé l’augmentation du budget de la politique de cohésion pour la prochaine période de programmation, à hauteur de 12 milliards d’euros. Celui-ci sera débattu par les Etats membres à l’automne.

Share